La face cachée

Mais quelle mouche a donc piqué Alain Lescoules ? Pour avoir siégé de nombreuses années à ses côtés au conseil d’administration de la maison de retraite de Luz, j’avais gardé de lui l’image d’un maire courtois, diplomate et respectueux. Ma surprise et ma déception sont donc à la hauteur de l’estime que je lui portais quand je découvre, avec stupeur, sa face cachée au travers des articles, qu’il écrit ou qu’il cautionne, sur le blog du groupe d’opposition au conseil municipal de Luz.

Christine Conan avait déjà, dans un commentaire publié le 23 février 2015 sur le blog d’Echocitoyen, relevé le caractère agressif, délétère, haineux de ces publications. Depuis ce commentaire une nouvelle étape a été franchie avec la publication d’un nouvel article paru sous le titre « L’IMPOSTEUR », dans lequel l’attaque personnelle, les propos irrespectueux, injurieux, odieux même sont maintenant de mise contre le maire de Luz. J’ose espérer que l’escalade s’arrêtera là et que les auteurs de ce lamentable article n’en viendront pas un prochain jour à l’étape suivante: L’agression physique.

S’il n’en est pas l’auteur, qu’Alain Lescoules qui a été maire de Luz puisse cautionner l’ignominie de cet article, me parait totalement invraisemblable et honteux. Aurait-il, lui qui a occupé ce poste de premier magistrat de la ville, accepté que l’on salisse ainsi son nom et que l’on dévalorise par la même occasion la fonction de maire ? Jusqu’à la parution de cet article, Je pensais que non mais il cachait très bien son jeux. Ne lui a-t-on jamais dit qu’en politique comme ailleurs, que l’attaque personnelle se pratique quand on est à bout d’arguments et que pour masquer sa faiblesse on ne s’en prend plus au contenu du discours de l’autre, mais à ce qu’il est, à sa personne. Cela correspond au niveau zéro de la discussion, c’est ce qu’il y a de plus vil et de plus bas.

J’ajouterai que je comprends mieux aujourd’hui pourquoi les Toys lui infligent des revers électoraux à répétition. Aux dernières cantonales ils ont préféré, dans un canton de gauche, porter un homme de droite au Conseil Général et aux dernière municipales les Luzéens ont donné leur préférence au changement : Ils avaient tous compris, parce qu’ils ne sont pas sots, que par les temps difficiles qui s’annonçaient, ils avaient besoin à ces postes de rassembleurs compétents plutôt que d’un mauvais perdant qui pratique l’injure et qui ne cherche qu’à diviser.

Une question cependant me chagrine: Les conseiller municipaux du groupe d’opposition partagent-il la violence de ces propos ? Je pense que non et il serait surement injuste de dire, pour la plus part d’entre eux, qui ne dit rien consent.

J’ajouterai pour en terminer avec cette triste et ignoble publication, à qui l’on peut donner sans discussion la palme de la honte, que le courage n’est pas non plus la qualité première des personnes qui dans l’anonymat postent des commentaires dont la bassesse est à la mesure de celle de l’article.

Deux citations pour en finir:

« Ceux qui sans nous connaître assez, pensent mal de nous, ne nous font pas de tort : Ce n’est pas nous qu’ils attaquent, c’est le fantôme de leur imagination »

« La calomnie n’est bonne qu’à déprécier les talents, c’est l’arme préférée des envieux »

Je reviendrai dans une prochaine publication sur les allégations de cet article qui méritent, elles aussi, quelques mises au point et commentaires.

A bientôt

Jean Jacques Pujo

 

Publicités