Article La Dépêche du 12 Décembre

Sit-in contre la liaison Luz-Cauterets

Ils attendaient les élus devant la mairie de Soulom, hier, à 9 heures./Photo S. C.
Ils attendaient les élus devant la mairie de Soulom, hier, à 9 heures./Photo S. C. 

«La liaison de la discorde»: c’est ainsi que l’on pourrait renommer le projet de liaison entre Luz et Cauterets. Hier, les associations Cauterets Devenir et Echocitoyen ont manifesté à Soulom.

Branle-bas de combat, mercredi matin, devant la mairie de Soulom. Une dizaine de personnes déroulent la bannière : «Non à la liaison Cauterets-Luz». Les associations Echocitoyen de Luz et Cauterets Devenir se sont mobilisées pour manifester contre ce projet. «On a appris qu’il y avait un comité de pilotage du Sivom pour aborder cette liaison. On s’est décidés à venir manifester», argue Stéphanie Marchand, présidente de l’association Echocitoyen, qui compte une centaine d’adhérents. Ces manifestants pacifiques dénoncent le projet de liaison entre les deux stations d’hiver et de remontées lourdes. «On ne sait rien, tout est fait dans l’opacité», regrette Annie, membre de Cauterets Devenir. Les arguments à l’encontre du projet sont nombreux : il y a tout d’abord le coût «démesuré», évalué entre 40 et 50 millions d’euros par les manifestants ; l’impact environnemental et la contestation du projet de régie unique.

«Ce n’est pas le moment de faire ça. Les communes n’ont plus les moyens», explique Stéphanie Marchand. Alors hier, ils ont une nouvelle fois exprimé leur mécontentement. Membres du Sivom, élus et responsables des stations sont passés devant les manifestants, sans les inviter à rejoindre la réunion. Et quand Serge Bolle, président de Cauterets Devenir, et Stéphanie Marchand toquent à leur porte pour assister au comité en tant qu’observateurs ; on leur répond que «c’est une réunion privée». «Ce qui me choque, c’est le mépris des élus. Ils auront des comptes à rendre aux générations futures», se désole Christine Conan, une Toye.

Venus de divers horizons politiques, les membres des deux associations se battent contre ce projet depuis près de trois ans. «C’est notre avenir, d’autant que les élections municipales ont bientôt lieu», vocifère Stéphanie, révoltée par la manière dont procèdent les élus, privant les populations de concertation. Les membres des associations espèrent obtenir des informations, et notamment sur la question de la régie unique, restée sans réponse. Du côté de Cauterets Devenir, Claude Florence, manifestante, s’inquiète également du futur de la station du Lys, écartée du projet. «Comme elle n’est pas concernée par la liaison, j’ai peur qu’ils l’abandonnent, alors qu’elle pourrait être rénovée.» Motivés pour lutter contre ce projet, les contestataires refusent qu’on les taxe de rétrogrades ou d’écolos. «On demande que le projet soit raisonnable.» Excédée, Christine Conan ajoute : «On est déjà au maximum des impôts à Luz. Si la liaison est un échec, c’est le contribuable qui va payer».

Sandra Cazenave
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s