JOYEUX ANNIVERSAIRE

Image

feu d artifice blancLa Maison de la Vallée fait partie de ces lieux de réussite où valléens et touristes ont croisé leurs chemins. Il semblait donc tout naturel de célébrer ses 30 ans. On pourrait discuter à l’infini du montant du budget ( 112 000 euros HT) en période de lourdes difficultés économiques et sociales. Toutefois, des animations de qualité ont fait participer artistes ou animateurs locaux, ce qui est très louable.

Le moment fort de cet anniversaire fut fixé au jeudi 11 juillet : 2 spectacles de danse, concert, déambulation , jeux de lumières, embrasement et feu d’artifice. C’était l’occasion d’une grande soirée d’échange entre les valléens. Mais la grande fête fut petite , ne concernant qu’un petit cercle hormis les officiels.  Pas même un petit mot d’invitation personnalisé de la municipalité aux habitants pour cette occasion. D’ailleurs, quand les « coups de canon » ont déchiré la nuit et que le feu d’artifice a embrasé le ciel entre 1h30 et 1h 45 , personne n’a compris sur le moment ce qui se passait. L’incongruité de l’horaire se traduisit en stupéfaction pour certains , en peur pour les autres après les épreuves subies précédemment. Le comble pour un anniversaire que chacun résume en disant   » je n’étais pas au courant  » est d’avoir un budget communication d’un montant de 6 000 euros ! On est tenté de penser qu’à ce prix là, ce peut être la fête de tous.                                                                                                                                                              ECHOCITOYEN

Publicités

CARTE POSTALE

100_6115

PONT DE LUZ , 25 JUILLET 2013,UN MOIS APRÈS LA CRUE

C’est le cœur du village et la vitrine de luz

Incroyable que la mairie n’ait pas pris les dispositions nécessaires pour faire nettoyer la berge en ce lieu très passant.

Quelle belle image laissée à nos touristes !

Christophe Haurine

JUSTE-APRES…

La solidarité est cette capacité à s’unir face au danger ,à la difficulté ou à la souffrance d’autrui
Face au désastre qui s’est abattu sur notre vallée, les toys ont retrouvé ou inventé une multitude de réseaux d’entraide .Chacun à sa manière propre, dans la boue ou par le réconfort des mots et des gestes, dans le silence des caves ou dans le bruit des engins de déblayage, dans la cuisine des personnes âgées ou dans l’ appartement transformé en hébergement de fortune, dans l’ombre des maisons ou dans la lumière des rues, chacun a inventé humblement ses gestes de solidarité .Il n’est ni question de s’évaluer , ni de se juger ou même de se comparer: les dégâts étaient partout, le courage était partout. Voilà les seules pensées qui nous viennent dans cette période de  « juste- après » 18 juin 2013
ECHOCITOYEN