QUOI-JE VOIS?

100_5551 AFFICHE DE CINÉMA?  SPECTACLE 2013?
CECI EST A L’IMAGE DU NIVEAU DE NOTRE COMMUNICATION!
Christophe Haurine
Publicités

RAMONS-NOUS DANS LA BONNE DIRECTION?

Voici une petite histoire moderne, elle symbolise à mon goût toute une dérive sociétale :

 Deux équipes d’aviron s’affrontent dans une compétition implacable. Quand une des deux équipes perd la première manche, en raison d’un nombre de rameurs insuffisant, le responsable de l’équipe commissionne une société d’audit pour lancer une réflexion pour gagner la seconde manche. Mais au lieu de recruter de nouveaux rameurs, la société d’audit indique vouloir améliorer le rendement et la productivité grâce à des modifications structurelles et de management. Ainsi, la nouvelle équipe est composée d’un directeur général aviron, un directeur adjoint aviron, un manager aviron, un superviseur aviron, un consultant aviron, un contrôleur de gestion aviron, un chargé de communication aviron, un barreur et… un rameur. Plus d’administratifs et moins de rameurs, donc. Résultat : l’équipe perd la seconde manche et décide de licencier l’unique rameur qui n’a pas atteint ses objectifs, tout en récompensant financièrement managers et superviseurs pour le travail effectué.

 Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec notre problématique locale et la gestion de nos stations de ski : contrôle et évaluation du travail de damage, politique d’amélioration des rendements et d’optimisation des charges, mobilisation d’agents pour d’incessantes enquêtes de satisfaction. alors que nous avons plus que jamais besoin de personnel pour accueillir et fidéliser la clientèle;

L’argent public alimente grassement les cabinets conseils experts en affichage de certifications prompts à répondre à cette mascarade, nous attendons aujourd’hui qu’ils assument les conséquences de leurs soit-disant expertise. N’oublions pas que les choix d’investissements de la dernière décennie ont tous été faits à l’appui de leurs lumières, jusqu’à l’implantation du moindre pylône…

Certains ont jusqu’à présent pu se cacher derrière le vernis de ces prestataires pour masquer des sommes d’incompétences, il va bientôt être l’heure de solder les comptes.

A l’heure où il est demandé à tous de faire un effort, les représentants du peuple feraient bien de méditer la phrase suivante : « On ne peut pas à la fois se serrer la ceinture et baisser son pantalon ». La grogne est bien présente et une autre voie devient incontournable…

J. LURIE