UN PROJET QUI AVANCE D’UN PAS,QUI RECULE DE DEUX

Voci un article publié le 24 octobre par l’association Cauterets-devenir, précédé d’un article de la dépêche, dont la lecture nous semble très  intéressante pour information
echocitoyen

CAUTERETS ET SA RÉGION  – LA DEPECHE –                                                                                                                            publié le 20/10/2012 03:50

Cauterets. Un projet qui avance 

Après avoir été pris à partie lors de l’assemblée générale de Cauterets Devenir, Michel Aubry, maire de la commune, apporte des précisions sur le dossier délicat de la jonction avec Luz.

Pourquoi ne pas répondre aux questions de l’association ?

Nous les avons intégrés dans nos débats au début. Malheureusement, ces derniers ont rendu le débat stérile en s’opposant à tout. L’étude d’un tel projet est déjà compliquée en soi. Nous travaillons, mais le dossier n’est pas encore bouclé. C’est pourquoi nous informerons tout le monde en temps voulu. Je comprends leur frustration et le fait qu’ils réalisent de la communication au lieu de l’information. Ils auront accès à tous les documents dès que le projet sera ficelé.

Où en est-on des UTN ?

Nous devons sans cesse ajuster notre travail en fonction des contraintes qui nous sont imposées. Tous les paramètres ont évolué depuis le début et nous nous devons de bien ficeler le projet. Il est vrai que c’est compliqué dans la mesure où les intérêts sont doubles. On s’oriente donc vers un hiver d’attente supplémentaire pour le dépôt des UTN. Cette période devrait nous laisser plus de visibilité sur les exigences du gouvernement, du département, des banques, mais aussi de la «crise» qui pourrait affaiblir notre économie locale. Cependant, les résultats des UTN seront publiés avant les prochaines élections

Le projet d’avril 2011 est il toujours d’actualité ?

Oui. Mais en fonction des éléments que l’on pourra mobiliser, nous retaillerons le projet. Il est difficile de présenter un projet avec des équilibres financiers satisfaisants. C’est le travail que l’on mène en ce moment.

Vers quel type de gouvernance s’oriente t on ?

Rien n’est figé à ce jour. Dans tous les cas, il n’est pas question que Cauterets paye pour Luz et inversement. Il faut que chaque collectivité engage sa responsabilité sur les différents scénarios. Il serait souhaitable que le département s’engage dans ce projet dans la mesure où le tourisme est la seule économie qui se porte bien.

Propos recueillis par Clément Eulacia

UN PROJET QUI AVANCE D’UN PAS, QUI RECULE DE DEUX

Nous ne pouvons nous empêcher d’y ajouter quelques commentaires, non pas que nous soyons frustrés, mais il si rare d’obtenir une expression de M. le Maire sur le sujet qu’il nous faut en tenir compte et ne pas gâter notre plaisir.

Nous tenons à préciser que nous avons toujours été corrects avec M. le Maire, même quand il lance des contre-vérités (à moins que ce soit la traduction journalistique).
–  Nous n’avons jamais été invités dans aucun débat, c’est à notre demande que nous avons eu seulement une information. Jamais il n’a été répondu à nos questions, rendues publiques dans le dernier bulletin municipal.
–  Nous ne sommes pas contre tout (voir nos propositions sur le Lys). Contre le projet : oui, mais en parallèle nous formulons des pistes de réflexion pour un développement avec le ski mais pas seulement.
Il faut rappeler que le ski ne représente que 30% de notre économie.
Il faut des activités diversifiées en rapport avec notre époque, en respectant l’environnement et en tenant compte des éléments conjoncturels.

Après ce petit rectificatif, qu’apprenons-nous de nouveau?
–  Que le dépôt de l’UTN serait reporté en fin d’hiver 2013, cela devient une habitude.
–  Nous constatons aussi une certaine prise en compte de notre argumentaire : financement difficile, équilibre économique non trouvé, même le mot crise est cité… Seul l’environnement et la sécurité semblent être toujours absents de la préoccupation de nos élus, et pourtant l’actualité nous montre que la nature n’est pas facilement domesticable.
En conclusion, nous notons dans cet article beaucoup d’hésitation et d’approximation :
–  Rien n’est figé, projet non ficelé, pas encore bouclé, on ajuste, on attend, on reporte, on retaille…

Pour nous, rien de changé, tout est ficelé. Nous réclamons toujours la communication des études en cours, un débat contradictoire public où nous mettrons en parallèle nos arguments contre le projet et nos idées de développement pour notre village, en dernier ressort une consultation de la population Cauterésienne.

Dans cette période de crise économique, l’appel financier au département semble difficilement soutenable, il y a d’autres priorités avant de participer au financement d’un projet hypothétique quant à ses retombées, sans compter le conflit d’intérêts !
Nous terminerons cet article en notant que nos décideurs ont lancé une course contre la montre pour obtenir le résultat de l’UTN avant les prochaines élections municipales !!
Il faut savoir que l’UTN est une étape, les recours sont possibles.
La décision définitive de valider ou non ce projet reviendra, en tout état de cause, à la prochaine municipalité en fonction du mandat délivré par la majorité des électeurs.

L’ambigüité n’existera plus pour personne.

Cauterets Devenir

Publicités

Amère Nature

Les violentes intempéries de ce week-end ont provoqué d’importants dégâts et réveillé des inquiétudes.

L’eau a emporté  passerelle de Saligos,  terres agricoles, grange, a endommagé les infrastructures… la nature a sévi…

Tout notre soutien à ceux qui ont été touchés par ces intempéries.

Cette période de crues repose aussi au grand jour la question de l’emplacement (choisi) par le SIVOM (chèrement) étudié par des cabinets d’études :

– Larise départ « Remontée Lourde », au tout début de ce débat, nous avions pourtant régulièrement insisté sur les risques de cette zone.

C’est donc une douloureuse leçon de modestie que la nature impose à nos décideurs qui balayaient d’un revers nos arguments sur le caractère inondable de Larise.

Dommage que nous ayons déjà payé des études !!!

Echocitoyen.

 

 

Mes 20 questions…

Alors même que les élus du Sivom de Luz-ardiden votent toutes les décisions à l’unanimité,on est en droit de se demander qui décide vraiment à la station.
Je vous livre ces 20 questions à se poser et à se reposer si on veut garder dans l’avenir notre indépendance et la maitrise de notre outil de travail qu’est la station !
1/ Que décident vraiment les élus à la station de ski ?
2/ Quels sont les résultats de Luz-ardiden au cours des 10 dernières années ?
3/ Avons- nous su préserver l’identité initiale de Luz ardiden ?
4/ Qui commande le directeur de la station ?
5/ Que décide vraiment le directeur ?
6/ Quel est le salaire exact du directeur ?
7/ Quelle est l’indépendance du directeur par rapport à N’PY ?
8/ Quels sont les pouvoirs de N’py à Luz-Ardiden ?
9/ Quelle est la politique de N’py ?
10/ Que nous coute vraiment N’PY ?
11/ Que nous rapporte vraiment N’PY ?
12/ Les élus maitrisent-ils vraiment le projet de liaison ?
13/ Pourquoi autant de mutisme autour de ce projet ?
14/ Quel est ce projet : une liaison ou une gestion commune Cauterets- Luz-ardiden ?
15/ Qui organise vraiment ce projet depuis le début ?
16/ N’PY ne serait il pas l’organisateur de ce projet ?
17/ A qui profitera ce projet ?
18/ N’PY serait-il en train d’organiser le ski pyrénéen ?
19/ Que pensent les citoyens du SIVOM de ce projet ?
20/ Êtes -vous d’accord pour abandonner notre station entre les mains de N’PY ?

Christophe Haurine

LE PRIX A PAYER

Lors de l’AG de l’association Cauterets-devenir du samedi 6 octobre à Cauterets, un élu répondant à une question du public sur le montant des études concernant la liaison Luz-Cauterets nous informe que le montant budgétisé pour ces études avoisinne les 600 000 euros, soit 300 000 euros pour chaque station.

ECHOCITOYEN