Le silence et dors !

Billet inspiré de L’article de la Semaine des Pyrénées (du 13/08 au 19/08/12)

Le changement fait peur, il implique de l’incertitude. Pourtant face à cette aversion naturelle, François HOLLANDE en a fait le pari avec le succès que l’on sait. On aura toutefois remarqué la peine qu’il prit pour  asséner le changement telle une incantation, pour qu’il devienne une évidence, un postulat, un réflexe conditionné. S’est-il fait élire sur ses diagnostics et ses solutions ? Je ne crois pas.

Généralement, les élus sortants ne ménagent pas leur peine pour utiliser un exercice de style de la rhétorique politicienne qui consiste à dire qu’il n’y a pas d’autres alternatives, soit c’est nous et nos solutions, soit on va vers la catastrophe. Nicolas SARKOZY a presque réussi à inverser une tendance pourtant très défavorable sur ces seuls arguments. Mais la coupe était pleine…

D’un point de vue local, un homme politique même mauvais aura pourtant plus de chance de se faire réélire. Pour que se reproduise en local ce qu’il s’est passé au niveau national, il faudra plus qu’un concours de circonstance. Dire la vérité n’a jamais aidé à se faire élire contre une équipe sortante, bien au contraire. Avoir des opinions, essayer d’en avoir le courage en les exprimant publiquement n’aura que très peu de chance d’influer sur le cours des choses. Le candidat à sa réélection face à une opposition tenace, peut se poser en victime, il se dit en proie à une campagne de dénigrement systématique de ses actions et, en contre-partie, accable les opposants les qualifiant de malveillants, incapables d’avoir des idées et n’existant que dans l’opposition aveugle. Il peut également convoquer l’injustice d’être critiqué, lui qui travaille d’arrache-pied au quotidien pour le bien de tous.

Cependant, la politique locale lorsqu’elle est sournoise ne peut durer. Lors des dernières élections municipales en 2008 à Luz Saint Sauveur et Cauterets, les équipes sortantes choisirent comme alliée la discrétion sur les projets sensibles à venir. En effet, « le silence est d’or » (pour rappel, il n’y a eu aucune mention de la remontée lourde et la fusion Cauterets/Luz sur les professions de foi). « Pour vivre heureux, vivons cachés » telle fut la politique de ces six dernières années, malheureusement, ce fut sans compter sur les empêcheurs de tourner en rond (Echocitoyen, Cauterets devenir et En Barejo) qui se mirent à poser des questions embarrassantes.

Au jour d’aujourd’hui, alors que le projet luzéen semble plombé faute de maîtrise foncière, l’adage est devenu injonction : « le silence et dors ! », alors que des bruits d’un départ de Sassis sourdent des discussions de comptoir. Côté Cauterets, la confiance et la surdité semblent être les alliées du moment puisque la presse locale aborde l’avancée du chantier comme inéluctable et évidente, balayant d’un revers de la main toutes les objections de nos amis de combat. Ces attitudes diamétralement différentes sèment le trouble et un nombre de plus en plus conséquent de personnes perçoivent de plus en plus mal la cohérence des projets. Pourtant, tout se passe comme si il fallait démarrer un chantier coûte que coûte, d’un côté ou de l’autre. Au départ, c’est Luz qui tenait la corde, aujourd’hui c’est Cauterets. Évidemment, lorsque la première pierre sera posée, sa jumelle en vallée voisine sera présentée comme une évidence, comme un reflet dans le miroir.

On serait en droit d’espérer des élus qu’ils sachent écouter les gens, quels qu’ils soient, Toys ou Cauterésiens pur jus, touristes ou résidents importés, jeunes ou vieux, de gauche ou de droite, qu’ils sachent s’imprégner du bon sens qui habite toutes ces personnes qui se croisent dans ces belles vallées et qui mesurent la chance que nous avons de vivre dans un pays magnifique à la qualité de vie exceptionnelle. La vérité ne suffira peut-être pas à convaincre, mais la sincérité y contribuera…

J. LURIE

Publicités

PATRIMOINE

COLONNE DUCHESSE DU BERRY A SAINT SAUVEUR

65 SAINT SAUVEUR colonne de la duchesse de berry

Quel que soit le degré d’attachement que l’on peut avoir avec la colonne de la Duchesse du Berry, fusse-t-il nul, il n’en reste pas moins vrai qu’elle fait partie de notre patrimoine historique, témoin du prestige de la cité thermale de Saint Sauveur. En effet, la Duchesse du Berry a séjourné à St Sauveur en 1828 et la colonne de marbre fut élevée en son honneur.

Il y a peu de temps encore, il était interdit d’y stationner, et cela était bien normal.
Puis, surprise, ce panneau d’interdiction a été dans un premier temps caché (par des sacs poubelle scotchés…). Enfin, très vite, le panneau a disparu et trois places de stationnement ont été dessinées devant. Quand des voitures sont garées, elles cachent bien sûr tout le bas de la colonne et son bel escalier de marbre, et si c’est un fourgon, on ne la voit même plus.J’y ai souvent vu jusqu’à 4 véhicules, je vous épargne les clichés tellement c’est désolant.

Cette conception du tourisme qui consiste à garer des voitures devant les monuments semble bien désuète, même si elle arrange quelque proche riverain avec trois places de stationnement supplémentaires…
Annie SAGNES

UN NOUVEAU DEPART!

Le projet remontée lourde à Larise semble avoir plus que du plomb dans les ailes. Les élus ont été dans l’obligation de se rendre à l’évidence, pas de maîtrise foncière, pas de projet.
Dommage qu’il n’y ait pas réfléchi avant, nous aurions pu faire l’économie d’études coûteuses et inutiles avec l’argent des contribuables.Avec la crise que nous traversons, l’énergie des élus aurait pu être mieux placée.
Un projet commencé en CATIMINI pour éviter l’écueil et les risques d’un débat.
Un projet enterré en CATIMINI et sans commentaires.
Est-on sûr de la fin définitive du projet sur Saligos ?
S’en expliquer serait reconnaître erreurs, errements, anachronismes et manque de solidité du montage.Les élus préfèrent le silence.
Le même silence est observé quant à la recherche d’un nouveau lieu possible sur la gare de départ.
Pendant que la rumeur court, court, court concernant un départ à Sassis, les élus observent un silence entendu ! chats échaudés craignent l’eau froide, il s’agit d’essayer d’avancer dans le secret avant que l’opinion ne s’en empare. Une façon bien peu démocratique d’opérer… mais Echocitoyen veille !

EMBELLISSEMENT DE LA PLACE DE L’EGLISE

PLACE DE L’EGLISE

Attendue par tous depuis bien longtemps, la municipalité a cédé devant l’impatience de Luzéens réclamant de plus en plus fort un espace piéton devant l’église fortifiée et des bancs.
Merci à ceux qui ont très vivement exprimé ce mécontentement lors des réunions de quartiers, ils nous ont fait gagner un temps précieux.
On peut bien sûr discuter sur certains détails , mais l’essentiel est là.
La belle église montre enfin ses pieds et les touristes n’ont plus à slalomer entre les carrosseries pour admirer ce magnifique monument et prendre des photos.
Il était temps!

0 PESTICIDE SUITE ET FIN

Lundi nous publions un article sur les mauvaises herbes qui envahissent certains endroits de Luz, prenant en considération le temps que prend le désherbage manuel pour le personnel communal
Nuit de lundi, 60 visites sur le site d’echocitoyen pour lire l’article
Mardi,les endroits photographiés sont nettoyés!
Les élus auraient-ils vraiment besoin de nous?

AVANT
(06/08/2012)

APRES
(07/08/2012)

0 pesticide

ZERO PESTICIDE

Dans nos rubriques nous avions déjà chaleureusement salué cette décision de la commune de Luz, initiée par le Parc National et relayée aujourd’hui par la Communauté des Communes. (voir guide du jardinier éco-responsable)
Le traitement des mauvaises herbes par des produits désherbants a des conséquences délétères sur les nappes phréatiques et leur utilisation s’avère extrêmement dangereuse.

Malheureusement zéro pesticide devient chez nous multitude de mauvaises herbes dans de nombreux endroits du village. L’économie très substantielle de l’achat annuel de désherbant aurait dû se transformer en moyens supplémentaires pour le personnel, le travail de désherbage étant plus long à la binette ou désherbeurs thermiques, il fallait prévoir et anticiper cette nouvelle organisation.
Pourtant charmantes à la campagne,les herbes folles en centre ville donne un air bien négligé à nos rues, trottoirs ou places, et cela ne passe malheureusement pas inaperçu pour les touristes pour qui les détails jouent un rôle prépondérant à l’heure des choix de destination.