1 = 7

En relisant le projet de rapprochement Luz-Cauterets sur le bulletin d’information n° 1 de juillet 2011 édité par Espace Cauterets, figure en page 2 à l’intérieur de l’encart qui regroupe « quelques chiffres et constats clefs », une phrase tourne en boucle dans ma tête telle un derviche tourneur à tel point que je me suis cru me l’entendre psalmodier : « dans les Hautes Pyrénées 1 € consommé dans les remontées mécaniques génère 7 € dans l’économie du territoire – Étude CONTOURS 2010/2011 ».

Il serait d’utilité publique que CONTOURS nous livre les détails de son étude. Je suis confus d’incompréhension de ne pas voir les investisseurs privés affluer devant une telle opportunité. Quelle martingale!!!

Si j’ai bien tout compris, en reprenant donc les prix moyens actuels des remontées mécaniques qui est de 17€ pour Luz Ardiden, un famille moyenne de quatre personnes moyennes qui restent une semaine moyenne
(en skiant 6 jours en moyenne) en vacances moyenne « génère »
moyennement 2856€ dans l’économie locale ??? Attention, ce n’est qu’une moyenne
(je crois que je l’ai déjà dit), il y en a qui doivent générer beaucoup plus…

Lorsque nous aurons la remontée lourde, quand le prix moyen
du forfait sera de 24€,  nous aurons donc
la même famille qui « génèrera » 4032€. Waouh !!!
J’adore les mathématiques!

On nous prendrait pas pour des…

Puis, l’autre jour, après avoir rendu visite à mon copain
béarnais de Bellocq, je revins avec, dans le coffre de ma voiture, l’intégrale
des Pyrénées magazine depuis 1992 autrement destinés à la déchetterie. Il me
dit : « tu pourras toujours les mettre où tu voudras ». Ce que je
fis, puisque c’est avec le n° 44 de mars-avril 1996 que je me retrouvai dans un
moment de solitude des plus solennels,… aux toilettes.

Un article retint plus particulièrement mon attention :
« Aménager mais à quel prix ? » de Philippe TERRANCLE. Au
détour d’un constat sérieux et très bien argumenté, il dit : « le prix
des remontées mécaniques ne représentent que 10 à 15% du budget de chaque
skieur
 ». Ainsi on retrouve approximativement le même algorithme,
quand le skieur payait 100 francs pour son forfait en 1995, il en dépensait
donc entre 850 à 900 ailleurs (dans l’économie locale ?), soit en moyenne 7
fois plus.

Lorsqu’on sait que le salaire moyen a augmenté de 7,6%
entre 1995 et 2008 (chiffres INSEE), alors que le forfait moyen entre 1999 et
2011 (c’est les seuls chiffres dont je dispose) a augmenté lui de 38,21% à Luz
Ardiden, je me demande si le cabinet CONTOURS a bien réactualisé ses données, à
moins que son logiciel de calcul ne tourne que sur Windows 95.

Je terminerai par les questions visionnaires de l’auteur de
l’article qui mériteraient mieux « étude » sérieuse : « Comment
aménager sans sombrer dans une course au suréquipement infrastructurel ? On dit
souvent que les Pyrénées accusent un retard important face aux Alpes, en
matière d’équipement notamment ; et si ce retard, ce
« non-équipement » était finalement un atout ?
 ».

Les pseudos-vérités assénées pour endormir nos consciences
ne doivent pas embrumer un fait mathématiquement avéré, la martingale c’est
N’Py qui la touche.

J. LURIE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s