Article « LA DEPÊCHE » du 28/01/2010

Réponse à l’article de Daniel Borderolle du 20 janvier

Les propos de M. le Maire de Sazos, (la dépêche 20/01), apportent un éclairage édifiant sur la qualité des débats dans notre canton. Comme il est question entre autre de notre association, une réponse s’impose:

M. BORDEROLLE,

Nous pensons, nous aussi, que les élus de l’époque avaient eu du courage mais surtout de la clairvoyance en créant la station de Luz Ardiden. Ils avaient su lire dans un marché en expansion l’opportunité de générer activités et emplois. Aujourd’hui, mis à part l’avis des équipementiers, tout le monde s’accorde à dire que le marché du ski est mature voire en déclin (étude N’PY 2009: taux de départ au ski  8% depuis 10 ans, taux de pratique -20% en 5 ans). N’est-il pas trop risqué de faire un investissement disproportionné sur une station déjà fragile?

Vous annoncez que les élus sont seuls à assumer la responsabilité de l’investissement. Qui assume aujourd’hui le choix du télésiège de Cloze? Qui assume les investissements dispendieux du half pipe? Qui assume le déficit chronique de la station (1,8 M€ en 2009)? Ce sont les habitants des communes du SIVOM!

Vous avez en tant qu’élus des droits, c’est vrai, mais surtout des devoirs et par-dessus tout celui de l’information qui devrait vous conduire à porter sur la place publique un projet tel que celui de la remontée lourde. Selon vous nous aurions des intentions cachées. Quel étrange retournement de situation! Pourquoi aucun élu n’a fait figurer ce projet sur sa profession de foi en 2008?

A défaut de cette information, l’existence d’une association qui s’interroge sur l’avenir de ses enfants mérite un minimum de respect et le dénigrement public du monde associatif est peu digne d’un élu de la République. Dire que leur légitimité n’est pas véritable est humiliant pour les centaines de membres bénévoles. Certes, nous proposons une analyse alternative dérangeante, qui remet en cause votre travail, mais les élus locaux devraient s’habituer à dialoguer avec une opposition. Cela s’appelle la démocratie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s