Paroles d’un citoyen vigilant

Voici 10 ans que je me suis installé dans le beau pays Toy, le canton de Luz Saint Sauveur.
Il me reste encore, du moins je l’espère, une moitié de vie à en découvrir ses richesses qu’elles soient naturelles ou humaines.

Certes, les conditions climatiques peuvent être rudes, comme le contact avec certains de ses habitants (par forcément des Toys), mais la nature est généreuse tout comme peut l’être le foyer familial montagnard pour peu qu’on se donne la peine de comprendre ses choix de vie.

Combien de fois m’a-t-on dit : « C’est pas trop dur de vivre là-bas toute l’année ?… Tu ne regrettes pas la ville et tous ses services ?…
Est-ce que ce n’est pas trop dur de te faire accepter ?… ».

Pour ma part, j’ai découvert une qualité de vie à nulle autre pareille. J’ai deux enfants que je vois grandir dans un milieu préservé par la pollution, je sais pouvoir compter sur une école publique persuadée de la noblesse de ses missions et je suis touché de voir l’admiration pour ces paysages que je lis dans les yeux des personnes à qui je fais découvrir cette région.  Car mon métier est de faire connaître et aimer ce pays à un public
allant de 3 à 99 ans à toutes les saisons.

Cependant mon regard s’assombrit lorsque je vis se déliter peu à peu certains commerces, magasins et services, fermetures d’écoles ou suppressions de postes, dégradation de la voirie, diminution du nombre d’exploitations agricoles, diminution chronique de la
fréquentation touristique.

Certes, pour les décideurs locaux, la crise vient à point nommé pour éventuellement les exonérer de toute responsabilité. L’heure est grave. Aujourd’hui, un projet tente d’engager toute une vallée dans un investissement dont l’importance mérite pour le moins qu’il fasse débat sur la place publique, il en va de notre salut ou de notre perte : La remontée lourde.

La question posée n’est pas de savoir si on est pour ou contre.  Certes, on pourrait vous donner à penser qu’il y a ceux qui veulent faire progresser la vallée et ceux qui prônent l’immobilisme à tout crin.  Il convient juste de préciser ici que ce projet ne figurait sur aucune profession de foi des listes candidates aux dernières élections municipales, et que la moindre des choses eut été qu’il y eût moyen de faire connaître ces dossiers avant d’apprendre par la presse et les médias que « l’affaire était dans le sac ».

Néanmoins, tout a l’air de se passer comme si ce projet était la seule voie possible à la pérennité de la station de Luz Ardiden, et par delà, de l’activité touristique du Pays Toy.

Lire la suite…

Publicités

Reponse Press 14 Oct 2010

ECHOCITOYEN répond, le 19/10/2010 à l’article de presse paru dans la dépêche du 14 octobre 2010.

Enfin une confirmation qui officialise le projet de remontée lourde Luz- Luz Ardiden/Cauterêts-Luz Ardiden.

Sauf démenti formel, nos élus ne pourront  plus en nier l’avancement.

Les valléens doivent être sûrement scandalisés d’apprendre par la presse  qu’il n’y a qu’un seul et unique projet, une  gestion  et une direction commune, qui avancent  parallèlement, contrairement aux affirmations de  Mr Dhoudain, en réunion de socioprofessionnels.

Ce programme soit disant voué à sauver la station,  comme les résidences de tourisme devaient le faire, est un pari financier terriblement risqué pour notre avenir. Il suppose le quasi doublement   de la fréquentation : on joue l’avenir des valléens  à quitte ou double.

Souhaitons que les Services de l’Etat, avant d’avaliser le projet, y regardent  à deux fois. Nous ne dirons jamais assez que  nos élus n’ont jamais été mandaté par la population  pour porter ce projet, ils s’étaient même engagés à geler les investissements jusqu’au retour à une meilleure  situation financière de la station.

La nomination d’un directeur commun aux deux stations, n’était-elle pas d’ors et déjà le prémice à une gestion commune. Mr Dhoudain nous vente un projet « gagnant gagnant » , il sera plutôt perdant pour le village de Luz ?

Ce projet ne nécessite- t-il pas avant tout un débat public ?